Current exhibition

Jean Vimenet “Hommage”

Sorry, this entry is only available in French. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

24 avril < 11 mai 2019 (Lien vers le dossier de presse)

L’exposition “Hommage” à Jean Vimenet.
L’œuvre peinte, dessinée, sculptée et même cinématographiée de Jean Vimenet (1914-1999) est à l’image de sa personnalité et de sa vie : tumultueuse, passionnée et indépendante.

Vimenet a la peinture dans le sang : peintre, il l’est dès l’âge de 14 ans. Et s’il absorbe aussitôt toutes les règles de l’héritage classique et moderne, qui charpentent toute son œuvre, c’est pour mieux tenter de s’en défaire et de les dépasser sitôt entré dans l’âge adulte. Ainsi, sa fréquentation, dans les années 1930, d’Édouard Vuillard, de Chaïm Soutine, Fernand Léger, Jean Carton, ou, dans les années 1940-1960, de Brassaï, Pierre Parsus, Sauveur Galliéro, Armand Assus, René Levrel, ou encore de Charles Lapicque, Ernest Pignon, Maurice Estève, Jacques Lagrange, Baltasar Lobo, Geer van Velde, Robert Lapoujade, Pablo Picasso ou Joan Miró dit surtout ses affinités plus que ses influences.

Et l’énergie incandescente, qui nourrit la solidité des recherches chromatiques et graphiques de Vimenet ainsi que la plasticité de ses compositions, ne provient que de sa perception singulière. La vivacité de ses couleurs, la liberté de son trait, la diversité, voire parfois l’hybridité de son œuvre, rendent celle-ci profondément contemporaine et attachante.

Ainsi la Galerie André & Léon accueille-t-elle, du 24 avril au 11 mai 2019, pour la première fois, des œuvres d’un artiste disparu dont l’aura demeure incontestablement présente. Plusieurs d’entre elles n’ont jamais été montrées publiquement. Nous avons choisi celles qui nous paraissaient exprimer d’emblée la vitalité, la recherche et la singularité chromatique et formelle de Vimenet. Ces œuvres sont attentives aux états innombrables de la lumière et à leurs incidences sur la perception de la métamorphose éternelle des formes.